"LA VRAIE GÉNÉROSITÉ ENVERS

L'AVENIR CONSISTE À TOUT

DONNER AU PRÉSENT."

Albert Camus

Julien BRYGO (Photo Journaliste)

Julien Brygo est journaliste indépendant. Il collabore avec le Monde Diplomatique, notamment avec son reportage photographique "Glasgow contre Glasgow". Ancien de Là-bas si j'y suis, il fait partie de l'équipe de Pierre Carles. Il a fait partie de l’équipe du Plan B, bimestriel de critique des médias et d’enquêtes sociales. Il est l'un des héros impertinents du documentaire de Julien Despres, en réalisant un "vrai" travail de photo-journaliste lors d'une journée portes ouvertes chez Vincent Bolloré pour la sortie de sa voiture électrique. Il vient de sortir avec Olivier Cyran un livre-enquête sur la précarité et les bullshit jobs, intitulé "boulots de merde : du cireur au trader".

Nina FAURE (Journaliste)

On l'a découverte avec son court documentaire "Dans la Boîte", où elle infiltre le monde sans pitié de la distribution des prospectus publicitaires, sous le pseudonyme de Juliette Guibaud. Elle rejoint l'équipe de Pierre Carles en 2010, et vient de co-réaliser avec lui le tome 2 du triptyque "Opération Correa" : "On Revient de Loin", où ils confrontent tous deux leurs regards singuliers sur l'expérience de néo-socialisme du président équatorien Rafael Correa. L'ensemble de ses courts métrages sur le monde du travail est un régal corrosif à voir absolument.

Julien DESPRES (Réalisateur)

Julien Despres est ingénieur du son. Parallèlement à cette activité dans les domaines du téléfilm, du documentaire et du magazine, il s'est lancé dans la réalisation de documentaires.

En 2009, il signe son premier documentaire "Noir Coton", en co-réalisation avec Jérôme Polidor.

"Profession Journaliste" est son deuxième documentaire. Produit en totale indépendance, le film mettra trois ans pour voir son aboutissement.

Serge HALIMI (Directeur du Monde Diplomatique)

Serge Halimi est Directeur du Monde Diplomatique, directeur de la publication de Manière de Voir et auteur de plusieurs ouvrages. On le suit de très près depuis la première édition de ses "Nouveaux Chiens de Garde", voici pile 20 ans. Docteur en Sciences Politiques de l’université de Berkeley en Californie, Serge Halimi est spécialiste des Etats-Unis, de l’économie politique et des transformations dans les médias. 

Michel SZEMPRUCH (Réalisateur)

Après des études de sociologie et de communication, Michel Szempruch a démarré comme photographe pour des musées, puis assistant réalisateur pour la télévision publique. Co-fondateur de l'association Repérages, il est l'auteur de la collection Handicap, du documentaire "exilios chicanos", et est venu en mars dernier nous présenter son documentaire "les maux du travail".

Gérard MAGNIN (ex-représentant de l'Etat au Conseil d'Administration d'EDF)

Après des études en électrotechnique, puis en économie, Gérard Magnin enseigne les sciences économiques et sociales. Il rejoint en 1985 l’Agence Française pour la Maîtrise de l’Energie devenue ADEME, comme délégué régional en Franche-Comté. Il anime ensuite, durant plus de 20 ans, l’association de villes européennes, Energy Cities, qu’il a fondé en 1990. Il est membre du CESER de Bourgogne Franche-Comté. Nommé au CA d’EDF en 2014, il en démissionne en juillet 2016. Depuis septembre 2016, il préside une coopérative de financement citoyen d’énergies renouvelables.

Philippe BARRIÈRE (Historien)

Il s’intéresse aux phénomènes d’opposition à l’ordre établi, que ce dernier soit politique, socio-économique ou culturel. Ses travaux actuels portent sur la mémoire des violences contemporaines en Europe et au Maghreb. Il est chercheur associé au Centre Jacques Berque de Rabat (CNRS). Il enseigne en classes prépa, à Sciences Po, ainsi qu’à l’Université Internationale de Rabat.

Pierre CARLES (Réalisateur)

Réalisateur et documentariste, il est reconnu pour son travail critique du fonctionnement des médias dominants. 

Il est devenu célèbre en démasquant la fausse interview de Fidel Castro par PPDA. En 1998, "Pas vu, pas pris !", documentaire commandé par Canal+ sur la connivence médias pouvoir ne sera finalement jamais diffusé. En 2001, son documentaire sur Pierre Bourdieu, "La sociologie est un sport de combat" est un must. Lui non plus n'a pas été diffusé à la télé française. Son impertinence et sa liberté de ton le condamnent bien souvent à n'exister qu'au travers de ses dvd et via internet.

Jacques DECHOZ (Inspecteur du Travail)

En fonction au ministère du travail depuis plus de 30 ans, il est également docteur en philosophie. Militant syndical SUD, Il collabore régulièrement à la revue de la CGT « Droit Ouvrier », la plus ancienne revue française de droit du travail. Il y a publié notamment un article remarqué sur les entretiens d’évaluation, thème qu’il a développé également dans plusieurs colloques, notamment le second colloque international « Penser l’Emancipation » à Nanterre en février 2014.

Marie Noëlle BATTISTEL (députée PS)

Engagée en politique depuis 1994 dans sa commune de La Salle en Beaumont, elle devient maire du village en 1998.

Suppléante de Didier Migaud depuis 2007 à l'Assemblée Nationale, elle s'inscrit fortement dans le territoire, et notamment dans la vallée du Drac. Elle découvre tous les enjeux de l'hydro-électricité. Quand monsieur Migaud est appelé à d'autres fonctions à la cour des comptes, Marie Noelle Battistel devient députée PS, est membre de la commission des affaires économiques, et co-rapporteure du rapport parlementaire sur l'hydroélectricité.

Anne DEBREGEAS (économiste)

 

Anne Debrégeas est ingénieure-chercheuse au Centre de Recherche d’EDF, sur l’optimisation à long terme du parc de production (prospective énergétique), chargée d’étudier les conséquences physiques et financières, à horizon 2030-2050, d’une évolution de la structure de production et de consommation (ex : développement des énergies intermittentes, modification des usages de consommation,  développement de l’autoconsommation, décentralisation de la production, etc).              

Diplômée d’HEC, elle a étudié l’économie et la comptabilité. Elle est en charge des questions économiques à la Fédération syndicale SUD-Energie, dont elle est membre du bureau. 

Michel ETIEVENT (historien)

Ecrivain, journaliste. Auteur de quarante livres pour adultes et enfants (documentaires, récits, essais...). Directeur de stages et animateur d'ateliers d'écriture en milieu scolaire, universitaire, hospitalier, carcéral ou urbain. Formateur en ateliers d'écriture pour un public d'enseignants, de directeurs de l'action sociale, d'éducateurs, de psychologues, de psychanalistes. Participation régulière à des émissions de radio (France Culture) et de télévision. Collabore à la revue Autrement.

Les hommes à qui l'on doit l'invention sociale d'après-guerre font l'objet de nombreux ouvrages de sa part. C'est à Michel Etievent que l'on doit, par exemple, l'entrée dans le dictionnaire d'Ambroise Croizat à l'été 2011 !

Gilles PERRET (réalisateur)

Après des études d'ingénieur en électronique, Gilles Perret consacre depuis 1999 sa caméra à la Haute-Savoie, préoccupé essentiellement par des problématiques sociales...

Remarqué en 2006 pour son corrosif "Ma mondialisation" qui lui ouvre les portes de la télévision, il réalise en 2009 "Walter, retour en résistance" sur la vie & les convictions de W Bassan, à l'origine des rassemblements sur le plateau des Glières. En 2012, "De mémoire d'ouvriers" nous le fait découvrir. En 2013, "Les jours heureux", le pendant français du "Spirit of 45" de Ken Loach le propulse sur l'avant de la scène en faisant revivre le programme du CNR, le conseil nationale de la résistance.

Il nous revient cette année avec "la Sociale - vive la Sécu !", toujours dans le même esprit de défense d'un projet, largement menacé aujourd'hui, d'une société plus juste et plus solidaire.

Barbara ROMAGNAN (députée PS)

Barbara Romagnan est députée de la première circonscription du Doubs (Besançon Ouest) depuis juin 2012. A l’Assemblée nationale, elle est membre de la commission du dvpt durable et de l’Aménagement du territoire ainsi que de la délégation aux Droits des femmes. Docteure en science politique, elle est investie sur les questions d’emploi, de conditions de travail, d’égalité femmes-hommes et de développement durable. Elle est l’auteure d’un rapport sur les politiques de réduction du temps de travail, dont les 35 heures, dans le cadre d’une commission d’enquête parlementaire.

François RUFFIN (journaliste)

Rédacteur en chef du journal Fakir, qu'il crée en 1999 à Amiens, François RUFFIN participe au Monde Diplomatique et à l'émission "Là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet.

En 2003, il publie "Les petits soldats du journalisme".

En 2008, il publie "la guerre des classes", dans lequel il dénonce l'abandon de la notion même de lutte des classes.

Avec "Merci, patron !", son premier film, cette lutte des classes, il la met en image et en scène au travers d'un David contre Goliath hilarant, pêchu et électrisant...

A voir absolument !

Bernard FRIOT (sociologue & économiste)

Bernard Friot est professeur émérite à l’Université Paris Ouest Nanterre. Ses travaux portent sur la sécurité sociale et plus généralement sur les institutions du salariat nées au XXème siècle en Europe continentale. Chercheur à l’IDHES, il appartient à l’Institut européen du salariat et à Réseau salariat. Il a récemment publié chez PIE-Peter Lang, avec Bernadette Clasquin, The Wage under Attack : Employment Policies in Europe (2013), à l’Atelier de création libertaire un débat avec Anselm Jappe : Après l’économie de marché ? Une controverse (2014) et à La Dispute L’enjeu des retraites (2010), L’enjeu du salaire (2012), Puissances du salariat (2012, nouvelle édition augmentée), Emanciper le travail, entretiens avec Patrick Zech (2014, édition revue en 2015).

Bernard SALAMAND (militant altermondialiste)

Bernard Salamand est président du CRID (centre de recherche et d'information pour le développement), l'une des

organisations à l'initiative de la Coalition Climat 21

(http://coalitionclimat21.org) qui anime la

convergence des mobilisations citoyennes à l'occasion

de la COP21. Il est également délégué général du

réseau d'information et de documentation Ritimo (www.ritimo.org), réseau de mobilisation citoyenne pour la solidarité et le développement durable.

Gérard FILOCHE (Inspecteur du Travail)

Militant politique et syndicaliste, Gérard Filoche

dirige la Ligue Communiste Révolutionnaire pendant 25 ans. En 1995, il se rallie au Parti Socialiste où il milite pour une union de tous les partis de gauche. Rédacteur en chef du journal Démocratie et Socialisme depuis 1992, chroniqueur chez Siné Hebdo ou à l'Huma, il a fait campagne pour le "non" au traité constitutionnel européen. Connu pour son métier d'inspecteur du travail, il s'oppose à toutes les attaques contre le Code du travail, notamment à celles, récentes, embarquées dans la loi dite Macron...

Jean-François PONSOT (Économiste)

Maître de conférences en sciences économiques à la faculté d’économie de Grenoble et chercheur au CREG & membre du CA des Economistes Atterrés. Il a été Consultant pour le Département des Affaires Économiques et Sociales des Nations Unies (UN-DESA) et pour le Ministère de la Coordination de la Politique Économique de l'Équateur.

Ses thèmes de recherche portent sur la dollarisation, les systèmes de paiement régionaux en Amérique latine et la théorie du central banking.

Maurice LEMOINE (Grand Reporter)

Spécialiste de l’Amérique latine et ancien rédacteur en chef du Monde diplomatique, Maurice Lemoine a couvert la plupart des conflits de la région. Il est l’auteur, entre autres, de Chávez Presidente (2005), Cinq Cubains à Miami (2010) et Sur les eaux noires du fleuve (2013).

Il vient de publier, aux éditions Don Quichotte, Les enfants cachés du général Pinochet (précis de coups d'Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation).

Pablo DAVALOS (économiste - militant indigène - ex vice ministre de l'Economie équatorien)

Il fut ministre de l'économie du premier gouvernement de Rafael Correa. Les deux hommes ont pris de la distance sur un différent autour de l'extractivisme. Passionné par ce sujet, Pablo est en France pour quelques temps, le temps pour lui de passer une thèse sous la direction de Jean-François Ponsot, précisément autour de "quelles autres solutions que l'extractivisme pour les pays émergents ?". Préoccupé aussi par les questions des peuples indigènes dans son pays, il rêve d'une politique respectueuse de l'environnement et des différentes cultures humaines qui co-habitent en Equateur.

Bernard FLORIS (Sociologue)

Directeur de recherches à l'Institut de la Communication et des Médias de l'Université de Grenoble. Spécialiste de la communication du travail et du marché, il a préfacé "Pendant qu'ils comptent les morts" de Marin Ledun et Brigitte Font Le Bret, où il analyse l'évolution des pratiques managériales et leur impact sur la vie des salariés après la vague de suicides chez France Télécom. Il est aussi l'auteur avec Marin Ledun de "La Vie marchandise", manifeste contre la tyrannie du marketing : du berceau à la retraite, consommer toujours davantage !

Marie-Claude CARREL (Présidente du CADTM de Grenoble)

Retraitée de l'Education Nationale, elle préside depuis 2007 l'antenne locale de Grenoble du CADTM ( Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde), dont l'objectif est d'oeuvrer pour  l'annulation de la dette publique des pays  en voie  de développement et l'abandon des plans d'ajustement structurel imposés par le FMI et la Banque Mondiale.

Penda N'DIAYE (UGPR - Militante Sénégalaise)

Elle réside au Sénégal, dans la banlieue de Dakar. Elle est membre de nombreuses associations  citoyennes. Elle est  présidente d'un réseau de femmes (UGPR/DAKAR) qui a pour objectif la promotion, l'émancipation et l'indépendance financière des femmes  par le biais de la formation, de l'information, de l'aide à des activités génératrices de revenus, comme des mutuelles  de santé, d'épargne et de crédit ou la création d'une savonnerie et d'une unité de transformation de céréales.

Nicolas UBELMANN (Réalisateur)

Réalisateur indépendant de films documentaires et institutionnels pour la TV et les festivals. Après une maîtrise de Géographie Tropicale, lors d’un voyage au Sénégal, il prend vraiment conscience des réalités du système. Loin des bancs de la Sorbonne, il découvre la face cachée du FMI et de la BANQUE MONDIALE, et porte un regard critique sur l'aide au développement. Son dernier film "la Dette" interroge ce fléau croissant prétexte de toutes les politiques d'austérité...