"FROTTER ET LIMER SA CERVELLE CONTRE CELLE D'AUTRUI"

Michel Eyquem de Montaigne

PROCHAINES CONFÉRENCES - 11h45 - Bourse du Travail - Salle 164 - Grenoble

23
MARS
2017
LIBERTE(S) DE LA PRESSE...  vol.3
Projection / débat :
PROFESSION JOURNALISTE

Julien DESPRES,

Réalisateur

Qu’est-ce qu’un journaliste aujourd’hui ? Est-il animé

par le désir d’informer ou par la nécessité de gagner

sa vie ? Dans le jeu trouble du commerce de l’info

et de la production d’événements, la position du

journaliste est ambiguë.

A travers l’histoire du journalisme, et par le biais

de témoignages contemporains, une réflexion sur

l’état de la profession s’impose. Quels sont les

liens entre journalisme, politique et finance ?

Alors que les médias enracinent leurs influences

idéologiques au coeur de la société, le fantasme

d’une information objective et neutre perdure.

La profession évolue dans un productivisme effréné.

La rentabilité et l’injonction de rapidité du traitement

de l’information ont transformé les journalistes « en ouvriers des

usines modernes qui ne sont pas là pour réfléchir ».

A part dans quelques entreprises publiques, rares sont les petites mains de l’info qui tapent du poing et luttent contre ces conditions de travail. Dans les groupes de médias privés - détenus en France par seulement six ou sept sociétés tentaculaires - la règle demeure le silence et l’autocensure. La précarité de la profession musèle bien souvent toute vocation d’un journalisme d’investigation et d’émancipation.

6
AVR
2017
LUTTE(S)...  vol.2
Projection / débat :
QUATRE PETITS FILMS CONTRE LE GRAND CAPITAL

Nina FAURE & Julien BRYGO,

Journalistes

L'occasion pour nous de (re)découvrir deux courts-métrages de Julien Brygo :

Profession, domestique (17'-2015) Julien Brygo
La surexploitation des travailleurs immigrés n’est plus depuis longtemps l’apanage des pays occidentaux. Beaucoup ont déjà entendu parler, par exemple, des conditions de travail éprouvantes, parfois proches de l’esclavage, que subissent dans certaines monarchies du Golfe des milliers de jeunes femmes originaires d’Asie. Ce film photographique donne à voir la formation des travailleuses domestiques aux Philippines puis leurs conditions de travail, une fois « exportées » dans de grandes métropoles comme Hongkong. 

Glasgow contre Glasgow (22'-2015) Julien Brygo
En août 2008, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié une enquête révélant que la différence d’espérance de vie entre un enfant né dans un quartier riche de Glasgow et un autre mis au monde dans un quartier pauvre de la même ville atteignait vingt-huit ans.  Ce rapport aurait pu provoquer un séisme social ; il n’a suscité qu’un soupir las et un clapotis de bonnes intentions philanthropiques. Ce film photographique transporte le spectateur du côté des winners - philanthropes, patrons, notables - ainsi que du côté des grands perdants - chômeurs, malades et autres précaires du « miracle anglais » - avec cette trame : Comment expliquer 28 ans de différence d’espérance de vie entre les habitants d'une même ville ? 

et deux autres de Nina Faure :
Rien à foutre (5'-2012) de Nina Faure
Petite proposition de réaction face a un contrat précaire, une chef insupportable et une mission abusive payée au SMIC. 
Dans la boîte (18'-2014) de Nina Faure
Les publicités dans les boîtes aux lettres, c’est l’occasion de faire de bonnes affaires. Surtout pour l’employeur, lorsqu’elles sont livrées par un salarié payé une heure sur deux. Pour découvrir comment près de 40 000 distributeurs et distributrices offrent des heures de travail à leur entreprise, menez l’enquête avec notre équipe infiltrée à Adrexo. Dans le centre de distribution, le bureau de la direction et même au ministère du travail, visiblement le droit des salariés, c’est un petit peu trop compliqué.

DERNIÈRES CONFÉRENCES...  11h45 - Bourse du Travail - Grenoble

2
FEV
2017
HISTOIRE(S)...  vol.3
Projection / débat :
70 ANS D'HISTOIRE DES COMITES D'ENTREPRISE

Michel SZEMPRUCH,

Réalisateur

La volonté de retracer cette histoire des CE s'appuie sur

une nécessité double :

70 ans ont passé et les acteurs de cette histoire tendent

à disparaître, bien souvent avec leurs souvenirs, leurs

expériences et leurs archives. Préserver, collecter et

valoriser cette histoire est indispensable.

La transmission de l'histoire des CE auprès des

générations actuelles ne s'est bien souvent pas

effectué. Les équipes qui animent les CE expriment le

besoin de connaître cette histoire, non pas par nostalgie, mais

pour mieux affronter le présent et l'avenir.

La réalité du monde du travail actuel amène les salariés et leurs représentants a requestionner le rôle et les perspectives de leur activités et de leurs organisations dans les entreprises. La place et le rôle des CE est un enjeu majeur dans les discussions aujourd'hui, la volonté de certains étant de les défendre, d'autres de les réformer, voire pire de les supprimer.

Indépendamment de l'attachement que nous pouvons avoir les uns ou les autres au dispositif CE, il apparaît dans tous les cas qu'un retour sur ces 70 années d'existence est indispensable.

Pour connaître cette riche histoire, en connaître les tenants et les aboutissants, les réalisations dans les différents champs de compétences, sociaux, économiques et surtout culturels. Enfin dans une période où le rapport au travail est en pleine mutuation, étudier l'activité des CE nous permet de mesurer et de penser le rapport entre les salariés et l'entreprise.

12
JANV
2017
LIBERTE(S) DE LA PRESSE...  vol.1
Conférence / débat :
ENJEU & ETAT DES LIEUX

Serge HALIMI,

Directeur du Monde Diplomatique

Inutile de venir aux nouvelles : elles viennent à nous, propulsées gratuitement sur nos écrans au rythme des battements du coeur. Vite...

Trop vite souvent pour que l'esprit s'y attarde, s'en imprègne, distingue ce qui importe de ce qui divertit.

Ce déluge informationnel annonce-t-il le naufrage d'une industrie journalistique à bout de souffle ?

Et pourtant... A quoi devrait servir un journal ?

En des temps de reculs, de résignations et de peurs ?

=> à défricher de nouveaux rapports sociaux, écono-

miques ou écologiques ;

=> à combattre les politiques qui n'entrevoient

d'autre perspective que l'austérité toujours

recommencée ;

=> à aiguillonner ou à tancer des partis politiques

sans souffle et sans sève.

Parfois, un journal peut aussi rappeler que la presse n'est pas toujours partie liée avec les industriels et les marchands, contre ceux qui entendent sauver la planète et changer le monde !

1
DEC
2016
HISTOIRE(S)...  vol.4
Conférence / débat :
HISTOIRE DU SYNDICALISME

Philippe BARRIERE,

Historien

Après ses deux passionnants cours magistraux sur l'histoire de l'engagement et l'histoire du capitalisme, Philippe revient nous conter l'histoire, mouvementée, du syndicalisme...

Afin de ne pas trop interférer avec les élections professionnelles en cours chez nous, à EDF, nous le faisons venir après les élections ;-)

Où il sera question de rapport de force, de CIA, de division, d'infiltration, de trahisons, d'enjeux, de pièges tendus par le patronat...

10
NOV
2016
ECOLOGIE(S)...  vol.2
Conférence / débat :
EDF A L'EPREUVE DE LA TRANSITION ENERGETIQUE

Gérard MAGNIN,

Ex-représentant de l'Etat au CA d'EDF

Le point de vue qui est présenté est celui d’un homme libre,

engagé dans la transition énergétique depuis près de 40 ans,

bien longtemps avant que cette notion ne soit utilisée.

Après une vie professionnelle fondée à la fois sur

l’importance du local et de l’européen, Gérard MAGNIN

entre au Conseil d’Administration d'EDF en novembre 2014.

"J’ai accepté cette proposition faite par le gouvernement

parce que la loi de Transition énergétique était dans sa

dernière phase parlementaire et augurait de changements

significatifs. Un nouveau dirigeant, ayant une forte

expérience dans le numérique, allait prendre les rennes

d’EDF. Sans excès de naïveté, je me suis dit que le moment

était propice à un infléchissement de la stratégie de l’entreprise

pour s’engager résolument dans le monde de l’énergie qui vient.

Moins de deux ans plus tard, j’en ai démissionné, le jour où le Conseil d’Administration allait décider d’Hinkley Point, de l’extension à 50 ans de l’amortissement comptable du palier 900 MW du parc nucléaire et d’une nouvelle offre pour la reprise de la division réacteurs d’AREVA. Ainsi le curseur d’EDF allait se déplacer davantage encore vers le nucléaire, au détriment de tout infléchissement sérieux vers un avenir énergétique décentralisé, basé sur une part significativement importante des énergies renouvelables et d’une offre de services vers les économies d’énergie. Quel aurait été alors mon rôle ? Nul.

Quels enseignements je tire de cette expérience ? C’est cette histoire que je me propose de vous raconter."                                                          Gérard MAGNIN

19
OCT
2016
EQUATEUR(S)...  vol.4
Projection / débat :
OPERATION CORREA - VOL. 2 - ON REVIENT DE LOIN

Pierre CARLES,

Co-Réalisateur

Le président équatorien Rafael Correa a envoyé le 5 juin

2015 à l’Assemblée nationale un projet de loi « pour la

redistribution des richesses » taxant à 77,5 % les

héritages supérieurs à 849 600 $. Si le projet de loi

avait été adopté, les grandes fortunes ne pouvaient plus

transmettre à leur enfants la majeure partie de leur

patrimoine. Cette mesure visait à mettre fin aux dynasties qui accaparent le

pouvoir économique et se le transmettent de génération en génération. Face à la levée de bouclier de la bourgeoisie et des médias proches de celle-ci, Correa a dû reculer.

Des mesures allant à contre-courant de celles prises ces dernières années en Europe ont vu le jour depuis 9 ans en Équateur. La politique hypervolontariste du gouvernement de Rafael Correa en matière de construction de barrages hydroélectriques devrait permettre au pays d’être autosuffisant d’ici un an en production d’électricité renouvelable. Il est possible pour les femmes au foyers de bénéficier à terme à une retraite, comme pour tous les salariés. Mais ces mesures viennent d’en haut. Elle ont été décidées par le pouvoir politique et n’ont pas été forcément réclamées par la base ni conquises à l’issue de luttes ou de mobilisations sociales. Si le gouvernement de Rafael Correa défend l’intérêt général en matière d’éducation (gratuite), de santé (pour tous), de logements (sociaux), etc, il le fait sans mobilisation populaire, sans toujours consulter les citoyens, du moins en dehors des périodes électorales.

Peut-on imposer le bonheur d’en haut ? Peut-on proposer une politique « progressiste » sans l’implication des principaux bénéficiaires ? L'enquête de Pierre Carles et Nina Faure essaiera d’apporter des éléments de réponses à ces questions.

22
SEPT
2016
LOI(S) TRAVAIL...  vol.1
conférence / débat :
LOI EL KHOMRI - COMMENT LA GAUCHE EN EST-ELLE ARRIVE LA ?

Jacques DECHOZ,

Inspecteur du travail

Tout a commencé, il y a un peu plus d'un an, avec un joyeux battage journalistique bien orchestré par le gouvernement et le Medef : le Code du Travail est gros, monstrueusement gros...    
Et vint donc la Loi El Khomri... Les clameurs se sont tues.
Petite question : « le » code a-t-il fait une cure d'amaigrissement ? S'agissait-il de cela, ou d'autre chose ? S'agit-il d'une régression des droits (comme ceux à la retraite que nous avons vécus, subis) ou d'un bouleversement plus radical ? Répondre à cette question nous obligera à faire un retour dans l'histoire du travail, des travailleurs, du droit du travail :

1884 – 1919 – 1936 – 1968 – 1981...

Jacques Déchoz est docteur en philosophie, inspecteur du travail, et militant chez SUD SOLIDAIRES. Les salarié(e)s du magasin de la DTG le connaissent bien tant il leur a été d'un grand secours dans leur combat pour ne pas perdre 20% de salaire à l'automne 2014.

30
JUIN
2016
EDF A 70 AN(S)...  vol.3
conférence / débat :
HYDRO-ELECTRICITE, PUBLIQUE OU PRIVEE ?

Marie-Noelle BATTISTEL,

Députée PS

Médiapart, premier média à s'être emparé de l'injonction de la Commission Européenne vers la France l'obligeant à ouvrir à la concurrence le renouvellement des concessions hydrauliques (les barrages -  potentiellement sans qu'EDF ne puisse concourir) mentionnait l'existence du rapport parlementaire que Marie-Noelle BATTISTEL vient nous présenter.

Comme par miracle, disait l'article, ce rapport concluait que l'hydro-électricité devait prendre la forme d'un monopole public pour garantir :

=> la meilleure efficience économique

=> le meilleur partage de l'eau (production d'électricité, tourisme, agriculture, pêche...)

=> une sûreté optimale des barrages.

C'est avec un immense honneur que nous accueillons la rapportrice de ce rapport pour échanger avec elle sur nos inquiétudes et sur ses conclusions inespérées.

19
MAI
2016
EDF A 70 ANS...  vol.2
conférence / débat :
ET SI EDF N'ETAIT PAS
AU BORD DE LA FAILLITE ?

Anne DEBREGEAS,

économiste à la R&D

Diplômée d'HEC, Anne Debrégeas est ingénieure-chercheuse à la R&D d’EDF, sur l’optimisation à long terme du parc de production (prospective énergétique), chargée d’étudier les conséquences physiques et financières, à horizon 2030-2050, d’une évolution de la structure de la production comme de la consommation.

 

Quelle analyse tirer des comptes d’EDF ? Quels sont les bons indicateurs financiers ? Quelle est la structure de ses coûts ? Quel est l’enjeu d’une baisse des effectifs ? EDF est-elle trop endettée ? Au bord de la faillite ? Ne manquez pas cet éclairage alternatif sur la santé financière et la stratégie d’EDF !

13
AVR
2016
EDF A 70 ANS...  vol.1
conférence / débat :
MARCEL PAUL

Michel ETIEVENT,

historien

Michel vient nous présenter son nouveau livre qui raconte le chemin de Marcel Paul, ministre de la production industrielle, et qui, entre autres, nationalisa l’énergie en 1946. On fêtera les 70 ans d'EDF le 8 avril 2016. On reste dans le sillage du CNR, et le message de Marcel Paul reste d'une actualité et d'une modernité brûlantes à l'heure de la casse de toutes les conquêtes sociales de la libération. C'est un court livre (100 pages) en deux parties : le portrait du personnage, de sa vie, de ses combats, suivi d'une interview inédite et remarquable donnée à des électriciens et gaziers de Paris en 1964. Marcel Paul est, avec Ambroise Croizat, un géant de l'invention sociale qui a rendu ses biens à la Nation.

14
MARS
2016
SOUFFRANCE(S) AU TRAVAIL...  vol.1
projection / débat :
LES MAUX DU TRAVAIL

Michel SZEMPRUCH,

réalisateur

Grâce à vos cotisations, up! a participé au financement de ce film ! c'est un peu grâce à vous qu'il existe...

Ce film est l’aboutissement d’un an de travail, réunissant 4 syndicats (FSU, CGT, Solidaires, UNSA), l’association Repérages, des sociologues et médecins du travail en Rhône-Alpes. Il s’agit, à partir de ce film documentaire, de sensibiliser les salariés, les militants syndicaux et les CE, et plus largement les citoyens sur les questions de santé au travail, principalement au travers d’une compréhension des nouvelles méthodes de management.

"Les Maux du travail" est un voyage dans la galaxie du néomanagement et dans l’univers du travail, sur le mode parodique de Star Trek. 3 planètes, Flexibilité, Compétitivité et Excellence seront explorées...
A travers des témoignages de salarié(e)s de divers secteurs, de chercheurs en sciences sociales, de médecins, le film propose, parfois avec humour ou ironie, une analyse de l’organisation du travail actuelle et une critique du discours managérial. Il présente des clefs de compréhension de la situation dégradée de la santé des salarié(e)s.
Il propose enfin des pistes d’action positives pour sortir d’un fatalisme paralysant.

19
FEV
2016
SERVICE(S) PUBLIC(S)... vol.2
projection / débat :
LA SOCIALE !

Gilles PERRET,

réalisateur (les jours heureux...)

Il y a 70 ans, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République. Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour.

Le principal bâtisseur de cet édifice des plus humaniste qui soit se nommait Ambroise Croizat. Qui le connait aujourd’hui?

70 ans plus tard, il est temps de raconter cette belle histoire de "la Sécu". D’où vient-elle, comment a-t-elle pu devenir possible, quels sont ses principes de base, qui sont ses bâtisseurs et qu’est-elle devenue au fil des décennies ?

Au final, se dressent en parallèle le portrait d’un homme, l’histoire d’une longue lutte vers la dignité et le portrait d’une institution incarnée par ses acteurs du quotidien.

21
JANV
2016
LUTTE(S)... vol.1
projection / débat :
MERCI, PATRON !

François RUFFIN,

journaliste & réalisateur

Personne n'en parle mieux qu'eux :

"Du suspense, de l’émotion, de la rigolade, et même de l’espionnage ! On l’a longtemps tenu top-secret. On l’a fabriqué dans la clandestinité. Parce qu’on avait des barbouzes qui nous collaient aux basques. Mais ça y est : le premier film de Fakir est prêt. Un véritable thriller social".

up! vous offre son réalisateur sur un plateau... venez savourer, 4 mois avant sa sortie en salle, en exclusivité pour up!, ce combat de David (une famille précaire qui risque de perdre sa maison) contre Goliath (Bernard Arnaud, l'homme le plus riche de France), et débattre avec lui de la qualité du dialogue social !

14
DEC
2015
TEMP(S) DE TRAVAIL &...  vol.3
conférence / débat :
BILAN DES 35 HEURES

Barbara ROMAGNAN,

députée PS

Le parti socialiste continue d'avoir des gens qui luttent pour une gauche décente en France. On l'a vu avec Gérard FILOCHE, en croisade contre les lois Macron, et on le découvrira avec Barbara ROMAGNAN, rapporteure de la commission de l'Assemblée Nationale sur "l'impact de la réduction progressive du temps de travail", sur demande de l'UDI. Un bilan des 35 heures, en quelque sorte... Et là où on attendait un pamphlet permettant de sortir de ce cauchemar des 35 heures, on a découvert un bilan qui réhabilitait les 35 heures pour reprendre le titre de l'article de Libé qui lui est consacré.

Venez débattre avec elle pour ce quatrième volet de up! consacré au temps de travail !