EDF a 70 AN($) ...

Michel ETIEVENT

(historien)

Anne DEBREGEAS

(économiste)

Marie Noëlle BATTISTEL

(députée PS)

Gérard MAGNIN

(ex-représentant de l'Etat au CA d'EDF)

EDF a 70 an($) !

On aurait tou(te)s préféré fêter les 70 ans de cette vieille dame EDF sous de meilleurs auspices, mais plus un jour ne passe sans qu'un média ne fasse le procès d'une faillite annoncée.

D'abord, il y a eu cette injonction de la Commission Européenne vers la France pour privatiser bien davantage encore les barrages de l'hydro-électricité en profitant des renouvellements de concessions...

Puis la faillite d'Areva rattachée de force sous le giron d'EDF...

Et la démission de Thomas Piquemal, le directeur financier, en rapport avec les risques inconséquents pris en Angleterre autour du financement du projet d'EPR à Hinkley Point...

Les déboires du projet d'EPR français aussi avec notamment les gros problèmes de cuve de réacteur de Flamanville, et les révélations de 400 fraudes à l'ASN...

L'annonce de la suppression de 4000 emplois à EDF SA, du besoin d'économie d'1 milliard...

En plus de l'hydro-électricité, le forcing d'Emmanuel Macron pour préparer à la vente partielle de RTE, l'autre vache à lait d'EDF, réseau de transport de l'électricité, qui ne fait que rapporter de l'argent...

Le refus d'EDF d'envisager tout démantèlement aussi, puisque les tout premiers réacteurs (Brennilis, 70 MW) voient leur démantèlement repoussé après 2106 !

Mais des voix s'élèvent contre cette mise à mort :

Historien, Michel Etiévent vient nous raconter la fabuleuse création de ce service public

Economiste, Anne Debrégeas vient nous donner la vision de SUD ENERGIE sur la santé d'EDF

Députée, Marie-Noëlle Battistel vient nous rassurer sur nos barrages ; la commission parlementaire qui a étudié la question conclut à la nécessité d'un monopole public de l'hydro-électricité pour garantir sûreté des ouvrages, optimisation économique et multi-usages de l'eau.

Administrateur démissionnaire, Gérard Magnin ne nous rassure pas sur le dogme à l'oeuvre à EDF pour un tout nucléaire encore renforcé, alors que la réalité qui s'impose au monde envisage une transition énergétique qui pourrait bien se doubler d'une transition sociale, si d'aventure EDF continuait de rester en marge de ce fantastique défi citoyen et écologique.

Vidéos, radio, documents complémentaires, choisissez votre mode d'écoute de leurs paroles alternatives... Bonnes conférences à tou(te)s ;-)

 

EDF a 70 an($) - Vol. 1 – Marcel Paul, père fondateur
 

Conférence / Débat du 13 avril 2016 - Michel Etiévent
00:00 / 00:00

- pour aller plus loin -

 

 

 

 

 

 

Votre bibliothèque bib'up! possède la plupart des bouquins de Michel Etiévent... n'hésitez pas à consulter les titres disponibles et à nous les emprunter ! Si vous ne savez pas lequel choisir, commencez par son dernier petit livre sur Marcel PAUL, ou suivez le conseil de lecture de Bernard Friot, René Gaudy, l'histoire d'EDF "Et la lumière fut nationalisée" :

Et pour finir, Michel, on est allé l'écouter à Chambéry, pour une autre conférence sur le même sujet... C'était le 5 avril dernier :

Michel Etiévent, déjà venu nous raconter l'histoire de l'éducation populaire en France, revient pour nous narrer deux parcours étonnamment similaires :

=> celui d'Ambroise Croizat, fondateur de la sécurité sociale, le seul ministre du travail issu du monde ouvrier...

=> celui de Marcel Paul, fondateur d'EDF-GDF, le 8 avril 1946, issu de l'assistance publique...

Ces deux personnages, hauts syndicalistes de la CGT et députés communistes, ont non seulement souffert de ces deux appartenances dans le courant de leur vie, mais l'Histoire leur a également réservé l'oubli ! Heureusement, Michel veille au grain : en 2012, il obtient l'entrée d'Ambroise Croizat, et à l'oeuvre quotidiennement avec François Ruffin, ils ne désespèrent pas de faire entrer Marcel Paul bientôt !

La CGT, actrice majeure des années 1946 où le programme du Conseil National de la Résistance a pu profiter d'une fenêtre très courte pour être enfin mis en oeuvre, nous a prêté pour l'occasion deux expositions ! Un très grand merci à eux ;-)

=> Cédric, leader de la CGT EDF Isère, pour leur exposition "la Fée Electricité" :

=> Fabrice, leader de la CGT EDF Savoie, pour leur exposit°
"EDF a 70 ans !" :

Conférence / Débat du 5 avril 2016 - Michel Etiévent
00:00 / 00:00

EDF a 70 an($) - Vol. 2 – EDF au bord de la faillite ?

Conférence / Débat du 19 mai 2016 - Anne Debrégeas
00:00 / 00:00

L'acharnement du gouvernement, de notre direction et des médias pour nous asséner qu'EDF va mal est sans pareil depuis la création de notre belle entreprise : injonction de Bruxelles sur les concessions hydrauliques, faillite d'AREVA, démission de Piquemal, rapport à Hinkley Point, fiasco de Flamanville, insultes de Macron, avec son envie de vendre au moins en partie RTE, suppression de 3500 emplois, un milliard d'économies à faire, mise en place du forfait-jour pour les cadres... Pas un jour ne passe sans son lot de mauvaises nouvelles.

Alors oui, le gouvernement et nos directions refusent toujours de nous donner une vision claire du chemin à suivre pour la transition énergétique, SUD ENERGIE reste vigilante pour que ce beau projet ne vire pas à une transition sociale (énergies renouvelables hors statut ?), mais que disent exactement les comptes de résultat d'EDF ? EF est-elle vraiment au bord de la faillite ? La parole est à Anne Debrégeas, économiste à la R&D et syndicaliste chez SUD :

Alain, notre photographe préféré, était en déplacement, comme bon nombre d'entre vous, parmi les habitué(e)s... Mais de nombreuses nouvelles têtes étaient présentes, et ça, ça nous fait très plaisir Nous étions près de 120 salarié(e)e avec les échelons ! Les records de Pierre Carles et de François Ruffin volent en éclat... Bravo, Anne ! Quelques menus souvenirs de ce grand moment de votre université populaire up! :

- pour aller plus loin -

 

L'idée même de cette conférence est née d'un tract que SUD ENERGIE a diffusé d'abord à la R&D, puis, victime de son succès, petit à petit, dans toutes les unités d'EDF où SUD existe. Le voici, ce tract :

Et comme les supports de présentation ne sont pas toujours très nets dans la vidéo, les voici en exclusivité pour vous :

Enfin, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, maintenant qu'Anne a fait de vous des experts dans la lecture des comptes de votre entreprise, au boulot ! Faites-vous votre propre opinion :

Anne s'apprête maintenant à faire le tour de France des unités EDF où SUD est implanté : Dampierre, la R&D, St Alban, le CIH...

On est ravis que up! fasse ainsi des petits ;-)

EDF a 70 an($) - Vol.3 - Les barrages, publiques ou privés ?

 

en cours de mise à jour...​

 
 
 

EDF a 70 an($) - Vol.4 - EDF à l'épreuve de la transition énergétique...

 

Conférence / Débat du 10 novembre 2016 - Gérard Magnin
00:00 / 00:00

- pour aller plus loin -

 

Relisez la lettre de démission de Gérard Magnin diffusée dans la presse le jour de sa démission, le 28 juillet 2016, jour du Conseil d'Administration où EDF entérinait Hinkley Point, et bien d'autres choses encore :

Retrouvez aussi ici le débat animé par Jade Lindgaard, la journaliste écologie de Mediapart où Gérard Magnin défend sa vision de la transition énergétique, au titre un peu inquiétant :

"EDF peut-il échapper à la faillite ?"

Gérard Magnin est coauteur d'un ouvrage édité aux presses universitaires de Rennes sur l'Etat Stratège, bientôt dans votre bibliothèque préférée 

Il y écrit un article sur la transition énergétique que voici

Et voilà la position de SUD ENERGIE sur cette transition énergétique :

Pour finir, en écho à cette conférence, voici la lettre de départ d'un de nos meilleurs experts à la DTG, l'an dernier, parti fonder une SCOP jumelle de celle de Gérard Magnin :

Le point de vue qui est présenté est celui d’un homme libre, engagé dans la transition énergétique depuis près de 40 ans, bien longtemps avant que cette notion ne soit utilisée.

Après une vie professionnelle fondée à la fois sur

l’importance du local et de l’européen, Gérard MAGNIN

entre au Conseil d’Administration d'EDF en novembre 2014.

"J’ai accepté cette proposition faite par le gouvernement

parce que la loi de Transition énergétique était dans sa

dernière phase parlementaire et augurait de changements

significatifs. Un nouveau dirigeant, ayant une forte

expérience dans le numérique, allait prendre les rennes

d’EDF. Sans excès de naïveté, je me suis dit que le moment

était propice à un infléchissement de la stratégie de l’entreprise pour s’engager résolument dans le monde de l’énergie qui vient.

Moins de deux ans plus tard, j’en ai démissionné, le jour où le Conseil d’Administration allait décider d’Hinkley Point, de l’extension à 50 ans de l’amortissement comptable du palier 900 MW du parc nucléaire et d’une nouvelle offre pour la reprise de la division réacteurs d’AREVA. Ainsi le curseur d’EDF allait se déplacer davantage encore vers le nucléaire, au détriment de tout infléchissement sérieux vers un avenir énergétique décentralisé, basé sur une part significativement importante des énergies renouvelables et d’une offre de services vers les économies d’énergie. Quel aurait été alors mon rôle ? Nul.

Quels enseignements je tire de cette expérience ? C’est cette histoire que je me propose de vous raconter."                                                     Gérard MAGNIN

Sur la transition énergétique qui vient et sur l'aveuglement d'un EDF coincé dans son dogme du tout nucléaire, le point de vue de SUD ENERGIE est très proche de celui de Gérard Magnin.

Là où nos avis peuvent diverger, en revanche, c'est sur le constat de la transition sociale menée en parallèle, et qui préoccupe SUD ENERGIE au premier plan :

=> syphonage en cours du CIH par une filiale hors statut Hydro Stadium, procédé classique à EDF

=> baisse des investissements à la R&D, première victime des baisses d'effectifs et de l'austérité financière

=> abandon par EDF des start-up et spin-up lancées pourtant par elle dans les énergies renouvelables

=> aucune vision préparant l'accompagnement social de la reconversion des salarié(e)s concerné(e)s par la fermeture progressive de centrales nucléaires, accompagnant la transition énergétique en cours. 

 

En résumé, Gérard Magnin a sans doute trop été écoeuré par le fonctionnement de cette entreprise intégrée pour continuer de croire en la réussite d'une solution intégrée pour la transition énergétique.

De notre côté, nous continuons de croire en la nécessité d'une programmation centralisée de la transition énergétique, de même que nous sommes attachés à l'existence d'un pôle public de l'énergie. Pour SUD ENERGIE, le bien commun doit être géré par un monopole public, intégrant une bonne dose de choix décidés démocratiquement. A l'image de l'hydro-électricité, pour laquelle il est facile de comprendre qu'un monopole public est la solution optimale pour garantir la sécurité des ouvrages, le multi-usage de l'eau et l'optimal économique. A l'image du réseau électrique, de RTE jusqu'à ERDF (pardon, ENEDIS...) qui selon nous doit être géré comme un commun, pour tous. EDF ferait mieux de se rapprocher des collectivités locales que de s'en méfier, pour construire ensemble cette transition énergétique, travailler sur la décentralisation de la production et sur les économies d'énergie. L'Etat, de son côté, ferait mieux d'abandonner cette idée du marché libéral de l'électricité qui ne tiendra jamais ses promesses (pour peu qu'on y ait cru, ce qui n'a jamais été le cas de SUD ENERGIE).

Un petit conseil de lecture glané au fil de sa conférence, lui aussi très bientôt dans votre bibliothèque bib'up!